Laurenna’s Adventures

laurenna_oyana 27.jpg

#27 Chronique littéraire: Oyana par Eric Plamondon

Chroniques

Ce roman change pourtant énormément de Taqawan qui se déroulait au Québec. J’ai trouvé beaucoup plus de suspens en lisant Oyana, à cause du danger de mort qui guette Oyana. Je devais absolument finir le roman ! Il y en avait également dans Taqawan mais développé d’une autre façon. Quoiqu’il en soit, j’ai adoré les deux. Ils sont très différents et c’est dur de les comparer.

Tout ce que je sais c’est que je continuerais à lire les romans d’Éric Plamondon que je considère vraiment comme un artiste engagé. Ce roman très court, plein de violence, de sensibilité et de connexion à la nature saura vous faire voyager, et comme moi découvrir une partie cachée de l’Histoire. Un 5 ⭐ bien mérité pour cette belle leçon de vie !

 

 

Coup de coeur de Katia – L’embarcadère

Librairie l’embarcadère, 41, avenue de la république – 44600 Saint-Nazaire

Oyana est une femme basque contrainte à l’exil à Montréal depuis 23 ans, suite à un attentat de l’ETA.
Lorsqu’elle apprend la dissolution de l’organisation, elle décide de retourner sur ses terres et ainsi clore un douloureux passé.
La lettre qu’Oyana écrit à son conjoint canadien s’entremêle par fragments avec son histoire personnelle, celle de l’ETA et la pêche à la baleine qui relie le peuple basque à Terre-Neuve.

Roman de l’exil, du mensonge, du sacrifice de soi et de la rédemption : Éric Plamondon confirme, après le réussi Taqawan, son talent de conteur avec une très belle sensibilité.

Chez Quidam, 16 €.

https://librairielembarcadere.com/?Oyana-Eric-Plamondon

58796960_2135810846455130_5423998650613235712_o.jpg

OYANA dans ELLE : vrai polar de couple

Elle_Oyana_Baux_Plamondon_3

Oubliez « Starmania », le vrai Plamondon, c’est lui. Eric de son prénom, Québécois comme l’autre, il a emballé son monde l’année dernière avec « Taqawan », un irrésistible polar écolo chez les Indiens Micmacs. Pas tout à fait des documentaires, mais inspirés de la réalité, ses livres ont l’art du titre et le format modeste. Ils s’ouvrent comme des boîtes à outils, pleins de trucs inattendus et de poésie bricoleuse. Dans son nouveau récit, « Oyana », une ancienne militante basque s’est réinventé une vie au Québec.
« Oyana » séduit pourtant par ces capteurs multiples, cette manière de semer l’histoire à travers de petits cailloux, à la fois hommage à l’utopie euskara, puis constat terrible des morts inutiles, et enfin vrai polar de couple, amour et mensonge mêlés, qui ne livrera sa clé qu’au dernier instant.

Marguerite BAUX, Affaire d’ETA, Magazine hebdomaire , 26 avril 209, page 58.

Elle_Oyana_Baux_Plamondon_1.jpg

Si ton passé ne vient pas à toi, tu viendras à ton passé

Garoupe – Lectures – 22 avril 2019

Oyana est un roman magnifiquement fort sur la culpabilité, les responsabilités, les choix… la vie n’est qu’une succession de choix et la pire erreur serait de ne pas en faire. Il y est aussi question de rédemption et de pardon tant tout le monde de tout temps a menti : le verbe est ici libérateur à partir du moment où Oyana a choisi de ne plus taire son passé ni qui elle est réellement.

https://garoupe.wordpress.com/2019/04/22/oyana-eric-plamondon-service-de-presse/

 

Elle s’appelle OYANA et l’ETA n’existe plus !

_oyana_plamondon.jpgNous savons que Marie-Adélaïde est fan d‘Eric Plamondon et  c’est OYANA le dernier livre qu’elle est venue nous présenter. Eric Plamondon c’est le plus français des auteurs québécois. Il a son influence canadienne certes, mais il vit en France depuis vingt ans. […] Il est surtout connu depuis TAQAWAN qui fut un énorme coup de cœur qui nous parlait de pêche aux saumons, d’indiens… Une histoire incroyable!

OYANA, c’est sombre ?C’est noir mais absolument génial. Ça fait revivre des pages dramatiques de l’Histoire.

Marie-Adélaïde de la librairie Doucet/M. Christine, 11 avril 2019

https://doucetblog.wordpress.com/2019/04/11/oyana-eric-plamondon-quidam-editeur/