1984 par Gilles Marchand

Mais qu’est ce qu’il est bon ce livre ! « 1984 » d’Éric Plamondon au Quartanier. Une trilogie regroupant « Hongrie-Holywood express », « Mayonnaise » et « Pomme S ». Une grande figure par texte : Johnny Weissmuller, Richard Brautigan et Steve Jobs. Un double de l’auteur qui traverse l’ensemble. De la poésie, de l’érudition, de l’humour, un vrai souffle narratif et un style comme on en voit pas souvent.
— Gilles Marchand, auteur

 

🐋 #euskalbalea 🐋

View this post on Instagram

🐋 #euskalbalea 🐋 Il y’a des livres, des récits, qui vous remuent, vous bouleversent. C’est le cas d’Oyana. . Tout le long de ma lecture, j’y ai retrouvé « mon pays », l’Euskadi de mon adolescence. Celle parsemée des attentats de l’ETA. . J’étais trop jeune à l’époque pour comprendre ou même me faire une idée d’où étaient le bien ou le mal. Je me rappelle juste des attentats, des contrôles de nuit lorsque nous rentrions avec les copains. Des lumières éblouissantes des torches de la police dans nos yeux. Des caméras de surveillance rue Pannecau. Mais nous, nous étions à peine lycéens et sans vraiment de conscience politique. . Oyana m’a donc après plusieurs décennies, ouvert les yeux sur ce que fût en réalité cette guerre. . Oyana est un roman. Mais l’auteur avec un style tellement parfait, en fait un témoignage. Toutes ces vies brisées vues par le prisme de cette jeune fille prise dans des événements qui la dépassent et partie vivre sa vie au loin, au Québec. Puis de retour au pays basque sur les traces de son passé. . Tous ces lieux cités, de Bordeaux à Hendaye. De Saint Jean de Luz à Fontarrabia. Je les connais. Je continue à m’y rendre souvent. Le pays basque est en nous. . Je suis émue en refermant ce roman. Et je me dis que finalement qu’est-ce que je connais du peuple basque. Rien. Oui, les premiers grands pêcheurs de baleines. Les bergers de montagne. Les magnifiques plages sauvages. . Je conseille ce livre à tous ceux qui veulent savoir ce qu’est le Pays Basque, sa beauté, sa fierté, et également ses heures sombres. Et au delà de cela, à ceux qui souhaitent lire un livre sur la redemption, le repentir. Car Oyana doit faire ce qu’elle a à faire. Elle doit revenir pour comprendre son histoire et pourquoi pas s’en détacher. . Sublime roman . . . #euskadi #paysbasque #bayonne #hendaye #ciboure #fontarrabia #oyana #bordeaux #livrestagram #livraddict #passionlecture #likeme #lecturedumoment #lire #bouquin #auteur #auteurquebecois #baleine #blogueuselitteraire #bookblogging @quidamediteur #quidamediteur @eric_plamondon #ericplamondon

A post shared by Nooska Lit (@nooska_lit) on

Il y’a des livres, des récits, qui vous remuent, vous bouleversent. C’est le cas d’Oyana.

Tout le long de ma lecture, j’y ai retrouvé « mon pays », l’Euskadi de mon adolescence. Celle parsemée des attentats de l’ETA. .
J’étais trop jeune à l’époque pour comprendre ou même me faire une idée d’où étaient le bien ou le mal. Je me rappelle juste des attentats, des contrôles de nuit lorsque nous rentrions avec les copains. Des lumières éblouissantes des torches de la police dans nos yeux. Des caméras de surveillance rue Pannecau. Mais nous, nous étions à peine lycéens et sans vraiment de conscience politique.
Oyana m’a donc après plusieurs décennies, ouvert les yeux sur ce que fût en réalité cette guerre.
Oyana est un roman. Mais l’auteur avec un style tellement parfait, en fait un témoignage. Toutes ces vies brisées vues par le prisme de cette jeune fille prise dans des événements qui la dépassent et partie vivre sa vie au loin, au Québec. Puis de retour au pays basque sur les traces de son passé.
Tous ces lieux cités, de Bordeaux à Hendaye. De Saint Jean de Luz à Fontarrabia. Je les connais. Je continue à m’y rendre souvent. Le pays basque est en nous.
Je suis émue en refermant ce roman. Et je me dis que finalement qu’est-ce que je connais du peuple basque. Rien. Oui, les premiers grands pêcheurs de baleines. Les bergers de montagne. Les magnifiques plages sauvages.
Je conseille ce livre à tous ceux qui veulent savoir ce qu’est le Pays Basque, sa beauté, sa fierté, et également ses heures sombres. Et au delà de cela, à ceux qui souhaitent lire un livre sur la redemption, le repentir. Car Oyana doit faire ce qu’elle a à faire. Elle doit revenir pour comprendre son histoire et pourquoi pas s’en détacher.
Sublime roman !

#euskadi #paysbasque #bayonne#hendaye #ciboure #fontarrabia#oyana #bordeaux #livrestagram#livraddict #passionlecture #likeme#lecturedumoment #lire #bouquin#auteur #auteurquebecois #baleine#blogueuselitteraire #bookblogging@quidamediteur #quidamediteur@eric_plamondon #ericplamondon

nooska_lit

 

Oyana cover image inspired by the iIllustration of Dario Fisher, www.dariodesign.co.uk