🐋 #euskalbalea 🐋

View this post on Instagram

🐋 #euskalbalea 🐋 Il y’a des livres, des récits, qui vous remuent, vous bouleversent. C’est le cas d’Oyana. . Tout le long de ma lecture, j’y ai retrouvé « mon pays », l’Euskadi de mon adolescence. Celle parsemée des attentats de l’ETA. . J’étais trop jeune à l’époque pour comprendre ou même me faire une idée d’où étaient le bien ou le mal. Je me rappelle juste des attentats, des contrôles de nuit lorsque nous rentrions avec les copains. Des lumières éblouissantes des torches de la police dans nos yeux. Des caméras de surveillance rue Pannecau. Mais nous, nous étions à peine lycéens et sans vraiment de conscience politique. . Oyana m’a donc après plusieurs décennies, ouvert les yeux sur ce que fût en réalité cette guerre. . Oyana est un roman. Mais l’auteur avec un style tellement parfait, en fait un témoignage. Toutes ces vies brisées vues par le prisme de cette jeune fille prise dans des événements qui la dépassent et partie vivre sa vie au loin, au Québec. Puis de retour au pays basque sur les traces de son passé. . Tous ces lieux cités, de Bordeaux à Hendaye. De Saint Jean de Luz à Fontarrabia. Je les connais. Je continue à m’y rendre souvent. Le pays basque est en nous. . Je suis émue en refermant ce roman. Et je me dis que finalement qu’est-ce que je connais du peuple basque. Rien. Oui, les premiers grands pêcheurs de baleines. Les bergers de montagne. Les magnifiques plages sauvages. . Je conseille ce livre à tous ceux qui veulent savoir ce qu’est le Pays Basque, sa beauté, sa fierté, et également ses heures sombres. Et au delà de cela, à ceux qui souhaitent lire un livre sur la redemption, le repentir. Car Oyana doit faire ce qu’elle a à faire. Elle doit revenir pour comprendre son histoire et pourquoi pas s’en détacher. . Sublime roman . . . #euskadi #paysbasque #bayonne #hendaye #ciboure #fontarrabia #oyana #bordeaux #livrestagram #livraddict #passionlecture #likeme #lecturedumoment #lire #bouquin #auteur #auteurquebecois #baleine #blogueuselitteraire #bookblogging @quidamediteur #quidamediteur @eric_plamondon #ericplamondon

A post shared by Nooska Lit (@nooska_lit) on

Il y’a des livres, des récits, qui vous remuent, vous bouleversent. C’est le cas d’Oyana.

Tout le long de ma lecture, j’y ai retrouvé « mon pays », l’Euskadi de mon adolescence. Celle parsemée des attentats de l’ETA. .
J’étais trop jeune à l’époque pour comprendre ou même me faire une idée d’où étaient le bien ou le mal. Je me rappelle juste des attentats, des contrôles de nuit lorsque nous rentrions avec les copains. Des lumières éblouissantes des torches de la police dans nos yeux. Des caméras de surveillance rue Pannecau. Mais nous, nous étions à peine lycéens et sans vraiment de conscience politique.
Oyana m’a donc après plusieurs décennies, ouvert les yeux sur ce que fût en réalité cette guerre.
Oyana est un roman. Mais l’auteur avec un style tellement parfait, en fait un témoignage. Toutes ces vies brisées vues par le prisme de cette jeune fille prise dans des événements qui la dépassent et partie vivre sa vie au loin, au Québec. Puis de retour au pays basque sur les traces de son passé.
Tous ces lieux cités, de Bordeaux à Hendaye. De Saint Jean de Luz à Fontarrabia. Je les connais. Je continue à m’y rendre souvent. Le pays basque est en nous.
Je suis émue en refermant ce roman. Et je me dis que finalement qu’est-ce que je connais du peuple basque. Rien. Oui, les premiers grands pêcheurs de baleines. Les bergers de montagne. Les magnifiques plages sauvages.
Je conseille ce livre à tous ceux qui veulent savoir ce qu’est le Pays Basque, sa beauté, sa fierté, et également ses heures sombres. Et au delà de cela, à ceux qui souhaitent lire un livre sur la redemption, le repentir. Car Oyana doit faire ce qu’elle a à faire. Elle doit revenir pour comprendre son histoire et pourquoi pas s’en détacher.
Sublime roman !

#euskadi #paysbasque #bayonne#hendaye #ciboure #fontarrabia#oyana #bordeaux #livrestagram#livraddict #passionlecture #likeme#lecturedumoment #lire #bouquin#auteur #auteurquebecois #baleine#blogueuselitteraire #bookblogging@quidamediteur #quidamediteur@eric_plamondon #ericplamondon

nooska_lit

 

Oyana cover image inspired by the iIllustration of Dario Fisher, www.dariodesign.co.uk 

Voyager sans bouger

https://lepetitjournal.com/londres/cinq-romans-format-poche-lire-cet-ete-pour-voyager-sans-bouger-263385

Livres sélection.jpg

Le Canada avec « Taqawan » Eric Plamondon – Le livre de Poche

Quelle énergie dans ce livre au croisement de plusieurs genres littéraires : entre roman noir, récit historique et conte poétique. Juin 1981, province de Québec, des indiens de la tribu mi’gmaq revendiquent le droit de pêcher le saumon, des policiers les en empêchent avec violence : c’est le début d’une crise politique grave ! J’ai adoré l’écriture de ce livre, le rythme avec lequel les courts chapitres se succèdent, nous entraînant parfois très loin dans le temps. Inclassable et génial !

Par Anne Sauveur-Lavergne | Publié le 19/08/2019 à 15:47 | Mis à jour le 19/08/2019 à 15:56
LE PETIT JOURNAL.COM

Mon roman ? Noir et bien serré !

OYANA: DÉPOSER LES ARMES

« Bref récit chargé d’émotions, évoquant la quête d’une identité perdue, Oyana devient un roman noir éblouissant qui met en lumière la richesse et l’intensité d’une héroïne superbe que l’on oubliera pas de sitôt, même une fois l’ouvrage terminé. Un grand moment de lecture. »

— Cédric Segapelli, 26 juillet 2019 :

http://monromannoiretbienserre.blog.tdg.ch/archive/2019/07/26/eric-plamondon-oyana-deposer-les-armes-299923.html

espagne-basque-eta_498.jpg

EUSKANADA !

😻😻😻😻😻

Toujours aussi politique [que Taqawan], Oyana est en revanche plus poétique, porté par une écriture sèche, parfois abrupte, qui fait mouche à chaque coup qu’elle porte.
152 pages qui passent en un instant, comme un voyage suspendu, vraiment, ce serait dommage de ne pas embarquer.

— CHA(T)PITRES, 28 juin 2019

OYANA.jpg

https://chatpitres.blogspot.com/2019/06/oyana-de-eric-plamondon-euskanada.html?fbclid=IwAR32PNDrzUUuyo2EFwxYnMDxSZnlyQvVa0rvc4250e4o-ds91kn55MI-g6w