Terreur autochtone

chatpitre_taqawan.png

Voilà un objet de littérature comme on n’en avait pas vu depuis longtemps (juste le graphisme du livre est déjà sublime), et que c’est réjouissant!

Taqawan est inclassable: en mêlant roman noir, recueil de poésie, roman initiatique, récit historique, contes mystiques et ancestraux et même livre de cuisine (oui, oui, parfaitement), Éric Plamondon créé un ouvrage hybride qu’on n’a surtout pas envie de ranger dans une case.

Éric Plamondon réussit à construire un récit particulièrement étoffé et cohérent sur une succession de chapitres qui se lisent quasiment indépendamment les uns des autres.
Jetez-vous dans les eaux troubles de la Restigouche, vous allez capoter!

https://chatpitres.blogspot.com/2019/05/taqawan-de-eric-plamondon-terreurs.html?spref=fb&fbclid=IwAR20ZY38ow1lAQAE60cxlGvO5GU369S58I2L474lAFu9K7hxZS6lgU2tDX4

 

Laurenna’s Adventures

laurenna_oyana 27.jpg

#27 Chronique littéraire: Oyana par Eric Plamondon

Chroniques

Ce roman change pourtant énormément de Taqawan qui se déroulait au Québec. J’ai trouvé beaucoup plus de suspens en lisant Oyana, à cause du danger de mort qui guette Oyana. Je devais absolument finir le roman ! Il y en avait également dans Taqawan mais développé d’une autre façon. Quoiqu’il en soit, j’ai adoré les deux. Ils sont très différents et c’est dur de les comparer.

Tout ce que je sais c’est que je continuerais à lire les romans d’Éric Plamondon que je considère vraiment comme un artiste engagé. Ce roman très court, plein de violence, de sensibilité et de connexion à la nature saura vous faire voyager, et comme moi découvrir une partie cachée de l’Histoire. Un 5 ⭐ bien mérité pour cette belle leçon de vie !

 

 

Si ton passé ne vient pas à toi, tu viendras à ton passé

Garoupe – Lectures – 22 avril 2019

Oyana est un roman magnifiquement fort sur la culpabilité, les responsabilités, les choix… la vie n’est qu’une succession de choix et la pire erreur serait de ne pas en faire. Il y est aussi question de rédemption et de pardon tant tout le monde de tout temps a menti : le verbe est ici libérateur à partir du moment où Oyana a choisi de ne plus taire son passé ni qui elle est réellement.

https://garoupe.wordpress.com/2019/04/22/oyana-eric-plamondon-service-de-presse/

 

Elle s’appelle OYANA et l’ETA n’existe plus !

_oyana_plamondon.jpgNous savons que Marie-Adélaïde est fan d‘Eric Plamondon et  c’est OYANA le dernier livre qu’elle est venue nous présenter. Eric Plamondon c’est le plus français des auteurs québécois. Il a son influence canadienne certes, mais il vit en France depuis vingt ans. […] Il est surtout connu depuis TAQAWAN qui fut un énorme coup de cœur qui nous parlait de pêche aux saumons, d’indiens… Une histoire incroyable!

OYANA, c’est sombre ?C’est noir mais absolument génial. Ça fait revivre des pages dramatiques de l’Histoire.

Marie-Adélaïde de la librairie Doucet/M. Christine, 11 avril 2019

https://doucetblog.wordpress.com/2019/04/11/oyana-eric-plamondon-quidam-editeur/

My World is Gone

Capture d’écran 2019-03-27 à 17.29.50.png

Oyana

Éric Plamondon, avec le sens de la tension dramatique qu’il avait déjà développé à merveille dans Taqawan, son précédent roman, va travailler par cercles concentriques, racontant d’une part la fin des années 90 avec l’arrivée au Mexique, sa rencontre avec Xavier Langlois le Canadien et d’autre part les «années de plomb» au Pays Basque.

https://collectiondelivres.wordpress.com/2019/03/25/oyana/