Mon roman ? Noir et bien serré !

OYANA: DÉPOSER LES ARMES

« Bref récit chargé d’émotions, évoquant la quête d’une identité perdue, Oyana devient un roman noir éblouissant qui met en lumière la richesse et l’intensité d’une héroïne superbe que l’on oubliera pas de sitôt, même une fois l’ouvrage terminé. Un grand moment de lecture. »

— Cédric Segapelli, 26 juillet 2019 :

http://monromannoiretbienserre.blog.tdg.ch/archive/2019/07/26/eric-plamondon-oyana-deposer-les-armes-299923.html

espagne-basque-eta_498.jpg

Oyana dans Sud Ouest MAG

« Deux continents une histoire de liberté », Sud Ouest MAG, supplément au quotidien Sud Ouest du 13 juillet 2019, pp. 44-45.

Par Patricia Marini

« Après le succès de « Taqawan », le dernier roman d’Éric Plamondon, « Oyana », transporte les lecteurs entre le Pays basque et ses terres natales du Québec. Une intrigue à la fois personnelle et fictive. »

SudOuest Mag 2019 Oyana.jpg

Sud Ouest Mag Oyana 2.jpg

Sud Ouest Mag Oyana 1.jpg

Sélection été 2019 Midi Libre

logo.pngDe Philippe Sollers à Eric Plamondon en passant par Laetitia Colombani, des libraires de la région proposent leurs coups de cœur. Bonnes lectures !
Publié le 

Un K.-O. au Pays basque

oyana midilibre.png

Oyana, c’est une jeune fille née au Pays basque français dont la vie va se transformer en destin pour avoir été au mauvais endroit au mauvais moment. Oyana d’Eric Plamondon, c’est l’histoire du peuple basque au cœur d’une mondialisation qui ne date pas d’hier. Oyana, c’est l’histoire de la violence. C’est aussi une histoire d’amour. Dans Oyana, il y a mille sujets de réflexion sur l’écriture de grande Histoire et des petites vies qui la portent. Mais Oyana, c’est surtout un très beau roman, à la frontière des genres et d’une grande simplicité apparente, qui vous prend à la première ligne et vous lâche à la dernière… totalement K.-O. ! Sophie Garayoa, Nouvelle librairie sétoise (Sète)

Oyana, Eric Plamondon, Quidam éditeur, Mars 2019. 16 €.

https://www.midilibre.fr/2019/07/09/litterature-decouvrez-la-selection-des-libraires-de-la-region-pour-bouquiner-tout-lete,8303877.php

EUSKANADA !

😻😻😻😻😻

Toujours aussi politique [que Taqawan], Oyana est en revanche plus poétique, porté par une écriture sèche, parfois abrupte, qui fait mouche à chaque coup qu’elle porte.
152 pages qui passent en un instant, comme un voyage suspendu, vraiment, ce serait dommage de ne pas embarquer.

— CHA(T)PITRES, 28 juin 2019

OYANA.jpg

https://chatpitres.blogspot.com/2019/06/oyana-de-eric-plamondon-euskanada.html?fbclid=IwAR32PNDrzUUuyo2EFwxYnMDxSZnlyQvVa0rvc4250e4o-ds91kn55MI-g6w

 

Oyana : coup de coeur de Cécile

coup de coeur.pngRoman sous tension et puissant; qui puise sa force dans la sobriété de son style.

Une quête, une recherche de rédemption sur fond de guerre d’Espagne et de nationalisme basque.

Le jour où l’E.T.A a décidé de poser définitivement les armes et de disparaître en mars 2018, la vie d’Oyana Etchebaster change brutalement une fois encore.

A LIRE ABSOLUMENT